Novembre 2018

Contenu

Bilan de l’exercice PPMS du 12 novembre dans tous les établissements scolaires de Haute-Loire

 
  • Quelques chiffres

41 000 élèves, 310 établissements scolaires de Haute-Loire ont réalisé un exercice PPMS (Plan particulier de mise en sûreté), piloté par la préfecture et l’inspection académique, en lien avec les services de la gendarmerie nationale, de la direction départementale de la sécurité publique et le service départemental d’incendie et de secours.

55 observateurs (gendarmes, policiers, sapeurs-pompiers et référent sécurité de la préfecture) ont analysé le déroulement des opérations. Le préfet et les sous-préfet(e)s s’étaient rendus chacun dans un établissement. Des remontées des directeurs, enseignants et maires ont permis d’avoir une vue complète de l’opération

17 minutes entre l’alerte confirmée en préfecture et l’annonce sur les portables des chefs d’établissement ou sur les téléphones fixes en cas de défaillance du premier appel.

Entre 30 secondes et 4 minutes pour la mise à l’abri totale des élèves après le déclenchement de l’alarme dans les établissements. Le démarrage de l’exercice a pu être différé en certains lieux par décision du chef d’établissement.

  • Premier bilan

Cet exercice a été une réussite grâce à l’engagement de l’ensemble des personnels (directeurs, enseignants, infirmiers et personnels techniques et administratifs). La posture des adultes et la connaissance de la conduite à tenir ont été déterminantes dans le bon déroulement de l’exercice et de la mise en sûreté des élèves.
La mise à l’abri s’est déroulée dans un temps de réalisation très satisfaisant et dans le calme et la sérénité des élèves, avec une adaptation différenciée en fonction de leurs âges.

  • Les points d’amélioration

Ils ont été identifiés selon les objectifs attendus lors d’une réunion bilan en préfecture le lundi 12 novembre au soir (tous ne peuvent être dévoilés pour des raisons de confidentialité et de sécurité) sur :
- la chaîne d’alerte
- l’identification de l’alarme par sonnerie
- les partages de responsabilité entre le personnel de l’éducation nationale et les agents territoriaux qui se répartissent entre les différents temps d’utilisation des locaux (temps scolaires et temps péri-scolaire, ou dans le cas d’un Service minimum d’accueil assuré par les agents municipaux en cas de grève des personnels comme ce lundi 12 novembre)

  • La suite donnée

L’ensemble de ces éléments vont maintenant être étudiés attentivement, établissement par établissement, pour que la mise en application des PPMS soit la plus adaptée et la plus opérationnelle possible. Cette concertation concernera les personnels de la communauté éducative, les forces de l’ordre, les services de secours, et les maires.

C’est un travail de culture commune sur la prévention du risque attentat-intrusion qui a été initié hier, car c’est la première fois qu’un exercice concernait tous les établissements du département en même temps.