Contenu

Déplacement de Mme BANOUN, coordinatrice interministérielle de la marche et du vélo

 

Invitée par la préfecture, la coordinatrice interministérielle pour le développement de la marche et de l’usage du vélo a rencontré les élus de la ville et de l’agglomération du Puy-en-Velay au cours d’une visite en vélo, puis en bus électrique, jusqu’au nouveau parking de covoiturage à Genebret vers le futur échangeur de Bellevue.
Une seconde visite à Brioude lui a permis de découvrir la section sportive cyclisme, la convention de l’éducation nationale avec Romain Bardet, puis la présentation du p’tit tour qui aura lieu les 28 et 29 mai en Haute-Loire.
La visite s’est terminée jeudi matin par une rencontre avec les associations environnementales et cyclistes de la Haute-Loire.

 

Mme Banoun a apporté un regard extérieur et des conseils avisés aux élus et aux services quant au développement des moyens de mobilité dite douce.

Son analyse de la structure urbaine et les comparaisons nationales et internationales qu’elle a présentées permettront de faire évoluer le regard des différents acteurs. Des actions simples, y compris en communication, et des aménagements peu coûteux, incitent à repenser les formes de déplacement et de stationnement pour rendre l’espace vivable aux habitants et les inciter à privilégier d’autres moyens de déplacement que la voiture.

Visite de la ville et rencontre avec les élus

Mme Banoun a rencontré au pôle d’échange intermodal (gare du Puy-en-Velay) les élus de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay : M. Chapuis 1er vice-président et maire du Puy-en-Velay, M. Jean-Paul Bringer 2ème vice-président, M. Girodet en charge de la voie verte et Mme Otaviani chargée de mission mobilitéMme Sylvie Banoun, coordinatrice interministérielle pour le développement de la marche et de l’usage du vélo, a apporté un regard extérieur et des conseils avisés aux élus et aux services quant au développement des moyens de mobilité dite douce.. Ensemble, ils ont pu faire un tour de près de 6 km en vélo électrique sur la voie verte, puis une visite de la ville en bus électrique, avec lequel ils ont rejoint le parking nouvellement créé de Genebret destiné au covoiturage.

Des difficultés pour la « mobilité douce » au Puy-en-Velay

Ces temps d’échange avec les élus sur les projets urbains ont permis de soulever les forces et faiblesses de la communauté d’agglomération quant aux différents moyens de transports utilisés et leur coexistence.

Mme Banoun a noté l’omniprésence, voire la survalorisation du déplacement automobile dans la ville et l’agglomération, ce qui est un fait typique des villes moyennes situées entre 20 000 et 100 000 habitants. De fait, il existe un déséquilibre important entre les différents moyens de transport, et la place réservée aux piétons et cyclistes est minime, inconfortable et souvent dangereuse.

Créer une zone de partage entre automobilistes et cyclistes, en réduisant les limitations de vitesse, consacrer des cheminements piétons sécurisés et confortables (linéaire, sans déclivité, avec des bancs) permettrait, sans engendrer de trop importants chantiers, de faire cohabiter les différents usages de déplacement.

La place du patrimoine culturel

Mme Banoun a conclu cette première visite sur une note positive : en développant le potentiel patrimonial de la ville, toutes les formes de déplacement doivent être réfléchies au moment de penser l’aménagement. Selon elle, il serait intéressant de valoriser les points de repères qui font l’identité de la ville afin de rendre les axes de communication à « mobilité douce » non seulement courts mais aussi agréables.

Apprendre aux nouvelles générations à se déplacer différemment

La coordinatrice interministérielle a été accueillie au collège Lafayette de Brioude où elle a rencontré M. Semeraro, inspecteur d’académie, Mme Dubois, vice-présidente du conseil départemental en charge de la culture, de la jeunesse et des sports, et M. Cabantous, président du vélo sport Brivadois. La section sportive cyclisme avec projet d’internat réussite, la convention éducation nationale « Romain Bardet » et le P’tit tour de Haute-Loire qui se déroulera les 28 et 29 mai prochains lui ont été présentée.

Elle a pu constater l’engouement existant autour du déplacement à vélo sportif et de loisir. Grâce au travail réalisé, elle a incité l’inspection académique à mettre en place des plans de mobilités dans les établissements scolaires.L’engouement local pour la pratique de loisir et sportive du vélo doit être mis à profit pour inciter aux déplacements vélo utilitaires dès le plus jeune âge.

Rencontre avec le Réseau écologie nature et la Fédération cycliste de Haute-Loire

Des nombreuses thématiques ont été abordées lors de cette rencontre :

  • l’image du déplacement piéton ou vélo à repenser pour contrecarrer l’image idyllique de la voiture comme outil de liberté
  • la différence entre les distances réelles et les distances perçues qui poussent de nombreuses personnes à utiliser leur voiture pour de petits trajets
  • les choix stratégiques d’aménagement qui privilégient presque toujours la voiture (voiries et stationnement), alors que des aménagements peu couteux peuvent faciliter la circulation des vélos (peintures au sol, lieu de stationnement sécurisés)
  • l’élaboration de nouveaux schémas d’aménagement qui prennent en compte ces questions pour rendre les espaces publics plus vivants, sans discontinuité, accueillants pour tous les publics (du jeune au grand âge), des questions qui relèvent davantage de la volonté politique que de la technique

Ces politiques alternatives, imaginées depuis de nombreuses années, commencent à faire leur chemin dans l’esprit des élus, et la visite a été riche d’échanges sur toutes ces questions.

La mise en service du contournement qui va nécessairement modifier les déplacements dans l’agglomération, les liaisons vers les voies vertes, l’engouement suscité par les vélos électriques, les projets urbains portés par l’agglomération, tant de raisons d’espérer que les trajets ponots vont se diversifier, à pied, en vélo, en bus, et à défaut en voiture !