Contenu

Fièvre Catarrhale Ovine : Conditions des échanges d’animaux vers l’Espagne et l’Italie

 

Les autorités espagnoles ont donné leur accord au ministre français de l’agriculture pour l’introduction de certains ruminants en provenance de la zone réglementée vis-à-vis de la fièvre catarrhale ovine sous réserve des conditions suivantes :

  • les animaux sont désinsectisés depuis 14 jours et soumis à une analyse virologique (PCR favorable),
    OU, suivant leur âge :
    • pour les animaux de plus de 70 jours : les animaux sont vaccinés depuis 10 jours et issus d’un troupeau vacciné,
    • pour les animaux de moins de 70 jours : ils sont nés d’une mère vaccinée et issus d’un troupeau vacciné.
  • ET une attestation de traitement insecticide des ruminants de la part de l’éleveur, ainsi que les résultats d’analyses de l’analyse virologique (PCR) sont joints au certificat sanitaire qui accompagne les animaux,
  • ET les moyens de transport des ruminants sont désinsectisés.
    Par ailleurs, pour rappel, les animaux vaccinés (ce qui concerne surtout les bovins allaitants) peuvent partir vers l’Espagne si la vaccination a été effectuée depuis au moins 60 jours (règlement européen n°1266/2007) et vers l’Italie après une attente de 10 jours (protocole italien).

En Haute-Loire, peu de cheptels laitiers sont vaccinés à ce stade. La possibilité de faire partir des veaux laitiers de moins de 70 jours en Espagne repose donc sur l’analyse virologique (PCR). Cette analyse est prise en charge par l’État jusqu’au 30 juin 2016, la vaccination devant prendre le relai.

A terme, les autorités espagnoles, comme pour l’Italie, devraient exiger la vaccination des animaux comme seule possibilité d’échange.

Il est donc vivement recommandé aux éleveurs de faire vacciner leurs cheptels afin de maintenir les marchés internationaux. Ils se rapprocheront de leur vétérinaire pour mettre en œuvre cette vaccination dont les doses sont achetées par l’Etat et dont la mise en place est à leur charge.