Contenu

Police de sécurité du quotidien : présentation des stratégies locales de sécurité en Haute-Loire

 

Le préfet a réuni les services de l’État et les contributeurs principaux qui ont participé à l’élaboration des stratégies locales de sécurité (élus, polices municipales, société de sécurité ; représentant des conseils citoyens et l’association Justice et partage).

 

Le préfet a rappelé quelques points en introduction :

Priorité du quinquennat du président Macron, la police de sécurité du quotidien vise à répondre au mieux à la première préoccupation des Français : la sécurité.

Pour ce faire, le Gouvernement s’est engagé non seulement dans une réflexion sur les missions de la police et de la gendarmerie mais aussi dans leurs moyens d’action.

Pour rappel, une large concertation a débuté en Haute-Loire au mois d’octobre dernier et a permis à chacun de s’exprimer : forces de sécurité intérieure, services judiciaires, polices municipales, entreprises de sécurité privée mais aussi acteurs de terrain, réseaux associatifs et institutionnel, usagers de Haute-Loire.

Une consultation citoyenne a été réalisée grâce à l’envoi d’un questionnaire et d’une grande réunion de concertation le 12 décembre dernier. Un temps d’échange important a eu également lieu avec les élus du Département.

allocution complète du préfet (format pdf - 66.8 ko - 06/06/2018)

La synthèse départementale s’articule autour de quatre thèmes qui ont été traités à la fois par les servives de police et de gendarmerie.

Le Commissaire divisionnaire Cluzeau et le Colonel Rabasté les ont présentés en détail :

- La présence des policiers et des gendarmes sur la voie publique
- La densification des partenariats locaux
- Le développement du contact avec le public
- L’amélioration de l’accueil et de la prise en charge des victimes.

Un échange a suivi avec les personnes présentes, pour faire part des premiers retours sur expériences (notamment dans la proximité et l’accueil avec le public), et des contacts facilités avec les outils de communication numérique.

Une évaluation du dispositif sera réalisée fin 2018 ou début 2019, afin d’analyser et d’ajuster éventuellement les mesures prises en fonction des remontées de terrain.