Contenu

Lutte contre les rodéos urbains - Mobilisation de la police nationale et de la gendarmerie 43

 

Dans le cadre des opérations anti rodéos, le préfet Éric Étienne s’est rendu le mardi 30 août sur un point de contrôle de la police nationale, accompagné d’Aurélien Duvergey, directeur de cabinet.

 

Cette rencontre a permis d’échanger avec Madame Christelle Pinchon, directrice départementale de la sécurité publique et l’ensemble des agents mobilisés.

De jour comme de nuit, plus d’une centaine d’opérations de ce type ont été menées en Haute Loire depuis le début du mois d’août.

Ces opérations sont complétées par des contrôles de lutte contre les stupéfiants et des opérations anti délinquance afin de garantir la sécurité et la tranquillité publique.

Des contrôles quotidiens sur le département pour lutter contre les rodéos urbains

Les opérations de lutte contre les rodéos urbains sont menées sur l’ensemble du territoire altiligérien. Les plus importants dispositifs engagent des équipes motos, des patrouilles de contrôle et d’interception, des matériels de visibilité permettant d’assurer la sécurité des policiers et des usagers.

La majorité des autres dispositifs sont dynamiques pour investir rapidement les secteurs contrôlés.

Ces opérations anti-rodéos sont complétées par des contrôles routiers classiques et sont coordonnées également avec les opérations anti-drogue sur lesquels les dealers utilisent des scooters et motos avec des conduites anarchiques.

Troubles à l’ordre public

Le rodéo est un délit commis sur la voie publique avec des véhicules motorisés (deux-roues, voitures, quads). Il consiste à adopter une conduite répétant de manière intentionnelle des manœuvres dangereuses et violant le Code de la route (acrobaties, zigzags dangereux, emprunt des trottoirs, etc.). À l’origine de graves troubles à l’ordre public et de risques pour la sécurité de tous, les rodéos motorisés se sont multipliés dès le retour des beaux jours. La lutte contre ces comportements routiers dangereux est une priorité puisqu’ils causent accidents, insécurité et nuisances sonores. Pleinement mobilisées au quotidien pour lutter contre ce phénomène particulièrement prégnant, les forces de l’ordre mènent des opérations dans les secteurs les plus exposés sur l’ensemble du territoire national.

Par instruction du 8 août 2022, le ministre de l’Intérieur a souligné l’implication de la police et de la gendarmerie dans le cadre de la lutte contre les rodéos urbains. Il souhaite, cependant, que cette action soit renforcée afin d’atteindre 10 000 contrôles au mois d’août.

Afin de faire face à ce fléau, le préfet de l’Isère a donc donné instruction aux services de police et de gendarmerie, d’accroître le nombre de contrôles dans le département et de procéder à la saisie systématique des engins utilisés.

La population est invitée à composer le 17 (police secours) lorsqu’elle assiste à un rodéo. Pour lutter ensemble contre les rodéos, il vous est désormais possible de réaliser un signalement sur Moncommissariat.fr . C’est une démarche gratuite et anonyme qui permet de prévenir la police nationale rapidement ou d’orienter l’action de ses services, si vous constatez ce délit.

Rappel des sanctions

Pour rappel, la loi du 3 août 2018 « renforçant la lutte contre les rodéos motorisés » expose les contrevenants à une peine d’emprisonnement d’un an, couplée à une amende de 15 000 euros.

La sanction peut s’alourdir en cas de circonstances aggravantes.

- En cas d’infraction commise en groupe, les auteurs risquent deux ans de prison et une amende de 30 000 euros.

- En cas de consommation d’alcool ou de stupéfiants, la peine d’emprisonnement est de 3 ans, et l’amende de 45 000 euros.